Finales valaisannes du samedi 21 avril 2018

Le rendez-vous de la saison d’échecs valaisan s’est tenu à Riddes en la Salle Bleue de l’école primaire, le samedi 21 avril 2018. Les 14 équipes présentes ont évolués dans une très agréable ambiance (la salle s’y prête volontiers) et dans une équité sportive tout à fait remarquable.

L’organisateur (Riddes-Echecs), a mis tout en œuvre pour que cette journée de finales soit des plus réussie. N’a-t-elle pas eu l’audace outrecuisante d’organiser le repas de midi pour favoriser une digestion égrillarde, avant d’attaquer le « dessert » qui se résumait, pour les hôtes, en un après-midi échiquéen semi-rapide.

Finale valaisanne du championnat par équipe, parties lentes.

La victoire est revenue à l’équipe de Sion 1 (tenante du titre) face aux valeureux montheysans emmenés par Ludovic Zaza. La victoire sédunoise fut âprement disputée par les chablaisiens qui n’obtinrent que 3 nulles dans leur escarcelle, laissant la seule victoire possible, celle du 3° échiquier, s’en aller dans la capitale valaisanne.

Fort de cette unique « gagne », l’équipe composée de JY-Riand, Simon Morand, Vlad Popescu et Stéphane Emery confirme le titre de 2017 et est en passe de devenir l’équipe à battre lors du prochain championnat valaisanne de parties lentes.

A noter que l’équipe de Riddes a également perdu 2,5 à 1,5 contre Sion1, lors de la première ronde ordinaire de ce championnat 2017/2018. Christian FAVRE prenant le meilleur sur Yves Roduit et Jean-Luc MONNET égalant contre Vlad Popescu.

Lors de cette finale valaisanne, les riddans se sont misérablement inclinés face aux Bagnards de Bagnes 3 à 1. Terminant le championnat à la 8° place. Mais qu’importe… La seule victoire interne est l’œuvre de Philippe DROZ qui a su prendre la mesure de César qui a laissé filliezla victoire.

Finale valaisanne du championnat par équipe, parties semis-rapides.

Belotte, rebelote et dix de der, serait-on tenté de dire. Oui, car pour les sédunois la journée fut belle. En cette fin d’après-midi la finale valaisanne des semis-rapides oppose encore une fois les deux équipes matinales pour une revanche pensait-on digne d’Hitchcock. Malheureusement, c’est avec une certaine désinvolture que les capitalistes ont fait main basse sur le titre (semis)-rapidement.

Il n’y a pas eu l’ombre d’un doute. Sion 1, formé des mêmes joueurs (les autres aussi) a littéralement éclipsé les montheysans en s’imposant 4 à 0. Et oui, comme au tennis, on peut se prendre une roue de vélo, pour aller comme chez les pétanqueurs baiser Fanny ! Il n’y eu rien à redire en voyant les visages étonnés des perdants ! Ce fut net, clair, et précis. Sion1, ce jour-là, fut imprenable.

Et Riddes-Echecs dans tout ça ? Ben, l’a pas brillé beaucoup. N’ayant pas assez de joueurs pour former une équipe compétitive, valable et forte, Riddes-Echecs s’est disloqué en trois petites entités. Ces trois valeureux joueurs ont vendu chairement leur pot en défendant les couleurs des autres. Ceci montre qu’aux échecs nous ne sommes pas sectaires, et savons jouer pour la beauté du geste.

Il est à noter dans l’histoire, que Christian FAVRE réussit (il n’est certainement pas le seul – rassurez-moi) à infliger la honte à ses 6 partenaires de jeu, nonobstant le fait qu’il jouât les 6 fois au 4° échiquier : ce qui est plus facile pour lui ! (Ca c’est lui qui dit).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*